Pour vous le procurer, voici la procédure :--> Commande

Nos voyages en Chine... en librairie

voyage en chineL'auteure (présentation de l'éditeur) :

Marie-France, longtemps professeure de lettres, a enseigné en Collège et à la faculté de Médecine de Bobigny, où elle a préparé les candidats aux concours paramédicaux.

Active et curieuse, tout ou presque l’intéresse ! Elle aime, avant tout, les voyages.

Qu’ils les emmènent, avec son mari, Michel, dans des contrées lointaines ou de courtes randonnées, pourvu qu'ils nourrissent ensuite leurs souvenirs.

Mais elle adore, aussi, la lecture, les enfants de la famille, petites filles, neveux et nièces et en vrac, la photo, le sport, les rencontres avec les amis, un peu de bricolage...

Pour en garder les traces de leurs pérégrinations, ils ont créé un site Internet. Michel en est le metteur en scène, Marie-France la rédactrice, ce qui leur permet de faire partager leurs passions à tous leurs visiteurs.

Voyage en Chine

Des Montagnes sacrées aux rivages de l'Empire du Milieu

Le Thème du livre :

Lors de deux voyages, en 2005 et 2006, Michel et Marie-France ont visité trois provinces du cœur de la Chine.

Le Hubei, dont les pentes des Monts Wudang, émaillées de temples taoïstes, sont visitées par des millions de pèlerins depuis le XIIIe siècle. Le Shanxi, berceau de la civilisation Han et les Montagnes Mian, bouddhistes, la vallée de Shuitao et ses cascades, la ville de Pingyao, premier grand centre bancaire chinois. Enfin le Shandong et le Mont Taishan sous une tempête de neige, Qufu, la ville de Confucius, Jinan, la « Cité des sources » et un port pittoresque de la côte, Qingdao.

Entre légendes anciennes et modernité des grandes villes, ils nous content, sans cacher de drôles d’aventures dans la Chine profonde, la beauté des sites, le charme des voyages en train de nuit, la cuisine traditionnelle, les balades en vélo-taxi, les échanges avec des gens chaleureux et curieux.

En annexe, d’incontournables références culturelles et, tout au long des pages, d'impressionnantes photos en noir et blanc de Michel.

Un court extrait :

Profitant du beau temps, nous faisons une balade en vélo-taxi. C’est une petite dame aux beaux mollets qui nous prend alors en charge. Notre gentille conductrice nous amène par derrière la forteresse, dans de pittoresque ruelles, où s’active tout un peuple autour d’échoppes diverses : marchés, bazars, comestibles, cantines de plein air. Sur des chaises, des gens jouent aux cartes, aux dés, au mah-jong ou nous regardent passer.

Nous sommes, ici, loin de la grande ville. On a même l’impression de faire un bond dans le passé, loin de la modernité des capitales. La « foule asiatique » grouille tranquillement, avec nonchalance, sans aucune hâte. Nous sommes doublés de tous côtés par des vélos et des mobylettes, des charrettes surchargées attendent leur conducteur, arrêté pour se désaltérer ou négocier son chargement. Le temps s’écoule doucement, sous nos yeux ravis.

info

Quelques petites questions à l’auteur :

Quelle a été, lors de vos voyages en Chine, votre ville préférée ?

Je suis très bon public : pour des raisons diverses, j’aime les différents lieux où je passe. Qingdao, au bord de la Mer Jaune est une station balnéaire très agréable. Les montagnes sacrées du Wudangshan ou du Taishan offrent des paysages à couper le souffle. Qufu, la ville de Confucius, baigne dans le clame et la sérénité.

Quant à Pékin, comment dire le choc des civilisations qu’on y ressent, entre la fréquentation de jeunes ultra branchés de la Place TianAnMen, téléphone portable au bout des doigts, et les vénérables jardins du temple du Ciel où d’autres Pékinois de tous âges se livrent calmement aux jeux de compagnie, aux activités sportives, au repos ou à la méditation ?

Mais c’est Pingyao qui m’a séduite par son côté hors du temps. S’y balader en vélo-taxi dans les ruelles quand on sort d’un tribunal du VI° siècle où l’on a touché les instruments de « torture chinoise » vaut son pesant d’or ! On y passe par de nombreuses maisons patriciennes anciennes à cour carrée, réhabilitées comme celle d’Epouses et concubines, on circule dans les couloirs du Yamen, on fait ses emplettes dans un « marché aux puces » presque historique. C’est le dépaysement total !

Quel est votre plus fort souvenir de ces voyages ?

Notre passage sur le Mont Taishan dans la tempête soudaine de neige et de glace, alors que dans la plaine, le temps était resté doux et calme. On aurait dit que la Montagne s’était mise en colère lors de la célébration des 2000 ans de la Déesse. Pourquoi ? Ce paysage, devenu blanc et fantomatique en quelques dizaines de minutes et les sons assourdis des gongs des temples ont créé des moments d’une intensité étonnante !

Comment se procurer les ouvrages du Manuscrit :

On peut les acquérir sous deux formes. Ils sont, en effet, vendus directement chez l'éditeur en format livre et en format électronique. Pour les recevoir chez soi, il faut acquitter des frais d'envois qui n'existent pas si on va les chercher directement Rue des Petits champs, à Paris.

ISBN : 2-7481-7998-6. ISBN 13 : 9782748179989 201 pages.

Pour vous les procurer, voici la procédure :--> Commande

Autres ouvrages :

Dans la collection « Pour réussir les concours paramédicaux »

Aux éditions Médecine-Sciences Flammarion, elle a publié plusieurs livres techniques sur les épreuves de Français et de culture générale dans les concours paramédicaux. (épreuve de culture générale - ISBN 2-257-10978-3 ; le JVA : résumé de texte pour le Jury de validation des acquis - ISBN 2-257-10961-9 ; Entrée en IFSI-ISBN 2-257-12963-6).

 

Pour vous le procurer, voici la procédure :--> Commande

Nos voyages en Chine... en librairie

unair deprintempsa pekinL'auteure (présentation de l'éditeur) :

Marie-France, longtemps professeure de lettres, a enseigné en Collège et à la faculté de Médecine de Bobigny, où elle a préparé les candidats aux concours paramédicaux.

Active et curieuse, tout ou presque l’intéresse ! Elle aime, avant tout, les voyages.

Qu’ils les emmènent, avec son mari, Michel, dans des contrées lointaines ou de courtes randonnées, pourvu qu'ils nourrissent ensuite leurs souvenirs.

Mais elle adore, aussi, la lecture, les enfants de la famille, petites filles, neveux et nièces et en vrac, la photo, le sport, les rencontres avec les amis, un peu de bricolage...

Pour en garder les traces de leurs pérégrinations, ils ont créé un site Internet. Michel en est le metteur en scène, Marie-France la rédactrice, ce qui leur permet de faire partager leurs passions à tous leurs visiteurs.

Voyage en Chine

Un air de printemps à Pékin

Voici le tome II du Voyage en Chine, consacré cette fois à Pékin et ses environs. L'auteure, Marie-France, professeure de lettres depuis 1969, a enseigné en Collège et à la faculté de Médecine de Bobigny, où elle a préparé les candidats aux concours paramédicaux.

Le Thème du livre :

Après leurs voyages dans les provinces du Hubei, du Shanxi et du Shandong, qui font l'objet du premier ouvrage : Des Montagnes sacrées aux rivages de l'Empire du Milieu (même éditeur), nous suivons Michel et Marie-France à Pékin.

L’ultramoderne Beijing ne renie plus son passé. Entre gratte-ciel high-tech et temples millénaires, les Pékinois préparent les JO de 2008 et réparent quelques hutongs, ces vieux quartiers de la capitale mongole.

Au cœur de la cité, voici les sites légendaires, ces palais, temples ou parcs aux noms poétiques, mais aussi, aux environs, des lieux chargés d’ans et d’histoire.

C'est le choc des civilisations qu’on ressent, entre la fréquentation de jeunes ultra branchés de la Place TianAnMen, téléphone portable au bout des doigts, et les vénérables jardins du temple du Ciel où d’autres Pékinois de tous âges se livrent calmement aux jeux de compagnie, aux activités sportives, au repos ou à la méditation...

Ils nous emmènent encore dans les temples et jardins des collines de l'Ouest,les gorges profondes de Longqinxia, ou ils escaladent la Grande Muraille de Chine, qu'on ne voit, malheureusement pas, de la Lune...

Du spectacle de la rue aux balades en vélo-taxi, rencontres amusantes ou émouvantes, mythes et légendes, anecdotes et recettes se succèdent par tous les temps, du grand soleil aux tempêtes de sable du désert de Gobi, complétés, en annexe, par d’incontournables références culturelles et d'impressionnantes photos en noir et blanc de Michel.

Un court extrait : la circulation à Pékin

En parlant de rues, il faut signaler que la circulation est d’enfer ! Il y a des voitures dans tous les sens, le klaxon est obligatoire et général, et si les feux rouges ont parfois l’air décoratifs, on observe, au moins à Pékin, les sens interdits.

Quant aux vélos, s’ils sont toujours présents, ils sont néanmoins en net recul devant les voitures : pour un citadin, la possession d’une automobile marque une ascension sociale évidente pour laquelle il faut savoir s’endetter. Les pistes cyclables parallèles aux grandes artères ont diminué, nous dit-on, de moitié en dix ans et les cyclistes se retrouvent souvent pris dans le flot des voitures, ce qui doit certainement créer pas mal de tensions !

C’est surtout aux feux rouges qu’on les remarque, car ils s’agglutinent en groupe compact devant les autos : leur nombre leur assure une certaine protection.

info

Quelques petites questions à l’auteur :

D’où vous vient votre passion pour la Chine et pour quelques disciplines comme le Taijiquan ou le Qigong dont vous nous parlez ?

Lectures, voyages, aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, ces deux passions sont inextricablement liées. J’ai baigné dans les contes et légendes toute petite.

L’Orient sait fasciner les enfants, les princesses chinoises mythiques des Mille et une Nuits ont su m’enlever sur leurs tapis volants! Et puis, à la Sorbonne, à la toute fin des années 60, j’ai eu le bonheur de suivre les cours de René Etiemble, un sinologue passionné et passionnant : le virus ne m’a pas lâchée. Ajoutez quelques dizaines (centaines ?) de romans écrits par des Chinois ou sur les Chinois de tous lieux ou de toutes époques, des films, des revues, des émissions…

Au curieux vorace, la nourriture n’est jamais comptée ! Quant aux disciplines de santé traditionnelle chinoise, telles que le Taijiquan ou le Qigong, je les pratique depuis quelques années : Tai-chi, qigong, pratique de l’éventail… sont des disciplines du corps et de l’esprit qui permettent de garder énergie, forme et souplesse en toutes circonstances!

Lorsque j’ai eu la possibilité, avec mon mari, de voyager en Chine, nous n’avons donc pas hésité. Il était temps de confronter les informations culturelles à la réalité du terrain.

Pourquoi cette envie de faire partager votre amour du voyage aux lecteurs ?

Toute seule sur une île déserte, il faudrait que j’explique ce que je vois ou ressens à mon perroquet ou aux crabes des cocotiers. Alors, vous pensez, un public nouveau, quelle aubaine !Avec mon mari, nous animons un site Internet où nous mettons nos coups de cœur : passions, excursions, lectures, photographies, voyages…

Pourquoi garder pour soi ce que le Monde nous offre de plaisirs alors qu’on peut les partager ?

L’édition m’a permis de raconter le voyage différemment. J’ai l’impression d’y mettre plus de moi-même avec une longueur en bouche, plus de souffle et de recul. Si je peux donner l’envie de partir à ceux qui le peuvent ou faire voyager ceux qui ne peuvent pas dans leur fauteuil, je profiterai mieux de mes escapades passées ou futures.

Qu’est-ce qui vous a le plus étonnée lors de toutes vos rencontres ?

Les gens. Je les ai toujours trouvés aussi curieux de moi que je l’étais d’eux. Quand on vient pour les découvrir, on les trouve bienveillants et accueillants. Le problème de la langue n’en est pas un : on a « bavardé » avec les gestes, les sourires, les mimiques, le dessin et trois mots indispensables en toutes les langues : « bonjour, s’il vous plaît et merci ». Que de fous rires au détour d’un chemin, que de tapes dans le dos, qui tissent, l’espace d’un instant, des liens dont on se souviendra longtemps.

Comment se procurer les ouvrages du Manuscrit :

On peut les acquérir sous deux formes. Ils sont, en effet, vendus directement chez l'éditeur en format livre et en format électronique. Pour les recevoir chez soi, il faut acquitter des frais d'envois qui n'existent pas si on va les chercher directement Rue des Petits champs, à Paris.

ISBN : 2-7481-7998-6. ISBN 13 : 9782748179989 201 pages.

Pour vous les procurer, voici la procédure :--> Commande

Autres ouvrages :

Dans la collection « Pour réussir les concours paramédicaux »

Aux éditions Médecine-Sciences Flammarion, elle a publié plusieurs livres techniques sur les épreuves de Français et de culture générale dans les concours paramédicaux. (épreuve de culture générale - ISBN 2-257-10978-3 ; le JVA : résumé de texte pour le Jury de validation des acquis - ISBN 2-257-10961-9 ; Entrée en IFSI-ISBN 2-257-12963-6).

Récits de voyages

Le tour du monde à vélo

Le thème du livre :

Si on s’en tient à ce que nous livre la 4° de couverture, on apprend que, le 1er avril 1980, Françoise et Claude Hervé ont pris le départ d'un tour du monde à vélo qui devait durer environ trois ans. L'aventure, en fait, en durera quatorze pendant lesquelles est née une délicieuse petite Manon, vélocipédiste émérite !

L'aventure :

Le tour du monde à vélo

Claude, technicien orthopédiste de 25 ans et Françoise, étudiante en décoration d’intérieur de 21 ans, décident de vivre une grande expérience à deux, loin des sentiers battus et du conformisme ambiant.

Résumée en quelques chiffres, leur aventure nous donne, au final, un périple de quatorze ans, (5 162 jours...) 150 360 kilomètres parcourus, 66 pays traversés, 503 crevaisons, 89 pneus usés, mais aussi un gain de 35 100 photos, des reportages photos, un livre, et même un enfant, la petite Manon, née en Nouvelle Zélande le 12 septembre 1988 !

Ils font le voyage dans le même sens que Philéas Fogg, d’Ouest en Est, mais avec de nombreux détours supplémentaires et une optique totalement différente :

Ils ont, entre autres, vécu et travaillé avec les lépreux en Inde ou sont restés un an dans des camps de réfugiés cambodgiens, où le métier de Claude lui a permis de venir en aide aux victimes des mines anti personnel avec Handicap International...

Ils ont été soignés par des guérisseurs aux mains nues aux Philippines ; ils ont pédalé dans l’Himalaya, dans la cordillère des Andes, ont traversé différents déserts… Ils ont vu, par exemple, le Cap Nord et, aux antipodes, Ushuaia, Lhassa et Katmandou, les paradisiaques îles de Polynésie, le lac Titicaca, la jungle panaméenne, le désert mauritanien...

En plus de leurs économies d’origine, ils financent la suite de leur périple par des conférences qu’ils font au fur et à mesure du voyage : passages à la télé et reportages leur assurent une certaine notoriété qui aplanit plusieurs fois les tracas administratifs et favorise rencontres et échanges.

La Baraka les aide :

Parfois volés, parfois attaqués, les pertes sont faibles : sur 35 carnets de voyages remplis au fil du temps, seuls 3 seront dérobés, des pellicules photos, un peu d’argent, mais finalement pas trop…

Quelques plaies et bosses, des coups de bâton, un peu de malaria, beaucoup de fatigue, et de nombreux bonheurs...

Quelques réflexions :

Françoise et Claude Hervé s’inscrivent désormais dans la grande ligne des voyageurs vendeurs de rêve. Ils ont l'art et la manière de nous faire vagabonder avec eux, nomades toujours prêts à s’adapter aux circonstances, à rester là où ils peuvent être utiles, à travailler avec les gens, à les aider.

Vendeurs de rêve mais aussi d’humanité. Au milieu de conflits ou de pays renommés inhospitaliers, ils ont su trouver des amis, des raisons d’espérer. Ils nous montrent une autre facette des gens et de leur culture et le sens de la fraternité.

En plus de la lecture de leur livre, qui comporte quelques belle photos (ça n’a pas dû être facile de les choisir parmi les 35 000 !), on peut les retrouver sur un site qui présente plusieurs de leurs reportages audiovisuels : c'est ici

Pour les contacter : VELO - VOYAGE - AVENTURE : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avez-vous lu ce livre ? Qu'en avez-vous pensé ?

Récits de voyages

Et sur les rives de ma vie.

Auteur : Jéromine Pasteur
Editeur : Arthaud, 2006

Le thème du livre :

Dans ce récit autobiographique, écrit à bord de son bateau, Jéromine Pasteur nous conte cinquante ans d’une existence partagée entre la mer, la forêt amazonienne et la France, Val de Loire ou Jura, de son enfance.

Les chapitres se suivent et se répondent, entre "Mémoires 1"-"Patagonie 1" et "Mémoires 36"-"Patagonie 36", jusqu’au dernier chapitre de cette histoire, "Patagonie/Mémoires – Mémoires/Patagonie".

De la Patagonie d’où part le récit à la Patagonie où il revient, puisque la terre est ronde, nous partageons les rêves, les bonheurs, les inquiétudes ou les angoisses de l’auteur et de ses divers compagnons, humains ou animaux.

Le récit :

Il suit donc deux pistes qui s’entremêlent, les souvenirs et le présent de l’auteur, qui vont se rejoindre à la fin de l’ouvrage.

Connue pour son engagement en faveur des Indiens Ashaninkas, une tribu d’Indiens de l’Amazonie péruvienne, Jéromine Pasteur, descendante de Louis Pasteur, est aussi navigatrice et auteure.

A 17 ans, peu enthousiasmée par ses études, à la suite d’un stage de voile aux Glénans, elle construit en 4 ans un premier bateau de 9,20 mètres, Jydharta, sur lequel elle va sillonner les océans et faire les rencontres qui vont marquer sa vie.

1 : Les Mémoires :

La forêt et les Ashaninkas.
rives vie 2

Arrivée au Brésil, elle découvre l'Amérique latine à pied, en stop, en bus, en camion, en pirogue : Venezuela, Brésil, Bolivie.

Au cœur du Pérou, au pied de la cordillère de Vilcabamba elle rencontre sa "deuxième famille", les Ashaninkas, une partie du peuple arawak dispersée dans la selva en groupes et clans. Ils vivent le long des fleuves Ene, Tambo ou Apurimac en essayant de sauvegarder les valeurs ancestrales, culture, identité, mémoire.

Acceptée et intégrée, Jéromine devient " Chaveta ", ce qui veut dire "papillon". Elle apprend la langue, revêt la cushma, la tunique traditionnelle de coton brun, peint son visage de dessins rouge foncé et fait le travail des femmes, chercher le manioc.

Au fil des pages, nous découvrons la forêt, ses merveilles et ses joies : le cheminement, les fêtes où l’on sirote le pearentsi, la boisson fermentée qui fait rire, les mariages et les naissances, les amours, la beauté de la nature vierge et souveraine.

Ses malheurs, aussi : Lors d’un de ses voyages, en 1990, le village est attaqué par le sentier lumineux, un mouvement guérillero d’inspiration maoïste. Depuis, le sentier lumineux a assassiné sept mille Ashaninkas.

Sa famille, son clan, s’est enfui à pied pendant trois ans, elle les croit disparus avant de pouvoir y revenir et d’en retrouver une partie, mais dispersée des deux côtés de la cordillère.

Néanmoins, la vie continue et son engagement s’intensifie, car d’autres dangers s’ajoutent à celui de la guerre, comme l’épidémie de tuberculose, l’abattage illégal de l’acajou ou le narcotrafic de cocaïne, tous massacreurs de la forêt, de ses réserves et de ses habitants.

Grâce à ses articles, ses livres, ses photos, ses films, Jéromine crée l’association Chaveta en 2004 pour apporter aide et soutien à ses amis : reconnaissance et défense des droits, éducation, santé.

Les lieux de son enfance et de sa jeunesse

On navigue (décidément !) entre Décize, au bord de la Loire où elle grandit, et le Jura de sa famille paternelle, qui sont les lieux des premiers apprentissages et des premières amours, puis on part avec l’auteure au gré de ses explorations : l’Afrique, les Amériques du Sud ou Centrale, les mers et les océans du monde.

On la suit dans ses retours au pays entre deux voyages et les bonheurs familiaux. Héritière du moulin de son grand-père Jurassien, elle s’assied parfois au bord de l’Ain « Ainsi, sans cesse, le long des rivages de ma vie coulent les rivières » (page 413).

Souvenirs, paysages, évoqués avec tendresse plus que nostalgie : notre auteure positive chaque événement, tout ce qui a fait d’elle ce qu’elle est devenue.

Le bateau

Jéromine Pasteur, l'auteureQuand elle n'est pas à Parijaro, chez ses amis Indiens, ou dans ses différentes escales, elle navigue sur toutes les mers du globe. " Je suis une nomade ", dit-elle, et elle le prouve abondamment.

Avec Jydharta, son premier voilier, puis d’autres ensuite, elle est la première femme à avoir traversé l’Atlantique d’ouest en est en solitaire, en ayant traversé l’équateur. Elle bourlingue entre Atlantique, mer des Caraïbes et Pacifique, au gré des bonheurs ou des fortunes de mer. Nous avons ainsi quelques récits de coups de vent et tempêtes impressionnants ou terrifiants, comme l’épopée entre Ouessant et Saint-Malo ou le passage du cyclone Luis en à Saint-Martin en septembre 1995.

Gardienne d’un bateau, elle s’y réfugie avec quelques amis, à l’abri d’une mangrove, lorsque le cyclone est annoncé. Jour par jour, heure par heure, nous suivons le récit de ces rescapés de l’ouragan aux vents de plus de 300 km/h. Officiellement : deux morts (chiffre remonté ensuite à 8). Les chiffres américains donneront, ensuite, plus de 800 morts et disparus, humains ou animaux. Des centaines de maisons arrachées, de bateaux coulés ou éventrés. Un récit hallucinant !

Ensuite, les eaux du Pacifique lui font découvrir les Marquises, les Tuamotu, les Galápagos, et rejoindre la Patagonie, où les deux récits se rejoignent.

En 1987, elle a reçu le Prix Victor de l'Aventure (du nom de Paul Emile Victor).

2 : l’époque de la narration

La Patagonie

Lorsque Jéromine écrit son livre, depuis deux ans, elle explore avec Laurent, son compagnon, les canaux de la Patagonie chilienne en suivant les côtes du nord : Puerto Montt, jusqu’au sud ultime. Noms porteurs de rêve : Chiloe, Ushuaia, le détroit de Magellan, la Terre de Feu… les quarantièmes rugissants, les cinquantièmes hurlants, au milieu de paysages magnifiques et d’animaux peu farouches : manchots, dauphins, phoques, otaries.

La nature est belle, mais pas toujours accueillante sous ces latitudes. Entre deux journées chaudes et ensoleillées, se glissent des courants contraires, tempêtes, pluies et froidures contre lesquelles il faut lutter ou se protéger.

Nous vivons aussi sa relation magnifique de confiance et d’amour avec le petit chien recueilli sur place, « Canard », qui est tour à tour « confiant, impétueux, turbulent, curieux, impatient.»

Depuis, son bateau est à l'ancre à Ushuaia, à la proue des Amériques. Sous la neige, vient-on de lui apprendre. Elle frissonne et se souvient : ce n’est pas facile de naviguer sur cette eau froide, sous la pluie, dans ces défilés gelés aux courants traîtres.

Mais ça nous a valu un si beau récit !

Bibliographie :

Jéromine Pasteur a écrit et fait paraître onze ouvrages  avant celui-ci :

1988 Chaveta, Ed. Filippacchi

1989 Selva Sauvage, Ed. Filippacchi

1990 Les contes de la Grande Forêt, Ed. Filippacchi

1991 Silène, Ed. Fixot

1993 Ashaninka, Ed. Fixot

1996 Ouragan, Ed. Fixot

1998 Taanoki, Ed. Casterman

2001 Taanoki, (2éme tome) Ed. Casterman

2003 L’enfant qui rêvait le monde, Ed. R.Laffont

2004 Vingt ans au coeur de l’Amazonie, Ed. Arthaud

2005 Shelena, Ed. Casterman (en collaboration avec le dessinateur René Follet)

Sites internet

- Le site de Jéromine Pasteur, présente son actualité, ses projets, ses voyages, ses livres.

- Le site de son association présente les Asháninkas de la Cordillère de Vilcabamba, ainsi que les actions entreprises pour les aider : obtenir une identité, un statut social qui s'intègre dans le système national du Pérou, sans devoir sacrifier leur culture, leur vision propre de l'Univers, leur structure sociale, leur langue ou leurs croyances ; sans être chassés de leurs terres, les voir envahies ou détruitres au nom du profit.

Documentaire

Jéromine Pasteur a présenté un documentaire de 52 mn en avant-première lors de l’édition 2005 du Festival des globe-trotters le 26 novembre : Où es tu Ashaninka ?

Avez-vous lu ce livre ? Qu'en avez-vous pensé ?

Commander les 2 livres de Marie-France

Un air de printemps à Pékin

Des montagnes sacrées aux rivages de l'empire du Milieu

 

Connectez-vous sur le site du manuscrit.com

Connectez-vous sur le site du manuscrit : http://www.manuscrit.com . Suivant les heures, il se peut que le temps de chargement de la page d'accueil soit un peu long.

1.En haut, à droite, dans la fenêtre de recherche, frappez le mot-clé "lacroix-fournier".
manuscrit banniere

Cliquez sur le bandeau SVP.

 

2.La présentation des deux livres apparaît.

manuscrit pm

Voyages en Chine. 

Des montagnes sacrées aux rivages de l'empire du Milieu (récit de trois voyages à Pékin et dans trois provinces du cœur de la Chine).. et Un air de printemps à Pékin (Tome II consacré cette fois à Pékin et ses environs).

 
3. Il faudra cliquer sur le caddy  :

Il faudra vous inscrire, remplir le bon de commande et choisir le livre version papier ou le format électronique PDF.

Merci et bonne lecture. Michel et Marie-France