Analyses littéraires

Présentation générale des contes :

Contes originaires de Perse, d'Arabie, d'Inde et d'Égypte, ils sont regroupés sous forme de recueil au fil des siècles.

La plupart sont tirés de récits populaires, de légendes ou de fables inspirés de la tradition orale. Parmi eux figurent les histoires d'Ali Baba, d'Aladdin et de Sindbad le marin, qui sont devenues très populaires en Occident.

Les Mille et Une Nuits reposent sur une trame principale à l'intérieur de laquelle vient s'imbriquer une série de récits contés par une reine légendaire appelée Schéhérazade.

L'histoire commence le jour où le sultan Schahriar découvre l'infidélité de sa femme et ordonne son exécution. Sa colère est telle qu'il décide d'épouser une nouvelle femme chaque nuit et de la faire exécuter au lever du jour.

Résolue à arrêter le massacre en épousant le sultan, Schéhérazade, la fille du Grand Vizir, entreprend de déjouer ses plans. Au petit matin, avant la fin de la nuit de ses noces, elle conte à sa sœur, qu'elle a obtenu de garder à ses côtés pour sa dernière nuit, le premier des récits qui composent les Mille et Une Nuits en s'arrangeant pour que le sultan l'entende.

Elle s'interrompt à l'aube avant la fin de l'histoire, si bien que le sultan, désireux d'en connaître le dénouement, accorde à son épouse un jour de sursis. Elle poursuit ce stratagème nuit après nuit. Après mille et une nuits, la naissance de ses deux premiers enfants et sa conduite noble et vertueuse pendant ses journées, le sultan revient sur sa décision et annule la sentence de mort (et dort enfin des nuits entières....)

Le premier fragment recensé des Mille et Une Nuits date des années 800. Le recueil s'est étoffé au cours des siècles pour atteindre sa forme actuelle rédigée en arabe à la fin du XIVe siècle. L'orientaliste Antoine Galland l'a traduit en français de 1704 à 1717.

ALI BABA et les quarante voleurs

Ali Baba est un des héros les plus connus des Mille et Une Nuits.

L'histoire raconte comment Ali Baba, un pauvre bûcheron, parti ramasser du bois dans la forêt, voit surgir une bande de voleurs. Ayant pris soin de se cacher, il les voit pénétrer dans une caverne qui s'ouvre lorsqu'ils prononcent les mots «Sésame,ouvre-toi».

Après leur départ, Ali Baba s'approche à son tour de la caverne et répète les mots magiques. À sa grande surprise, la caverne s'ouvre et dévoile un fabuleux trésor d'or et de diamants. Il charge quelques-unes de ces richesses sur son mulet avant de rentrer chez lui.

Son frère Cassim, un riche marchand au cœur de pierre, découvre bien vite son secret et lui demande des explications. Le jour suivant, Cassim se rend dans la caverne en quête du trésor. Au moment de quitter les lieux, il oublie la formule magique et reste enfermé.

Les voleurs le découvrent, le tuent et partent à la recherche d'Ali Baba pour lui faire subir le même sort. Heureusement, Mordjane, l'esclave d'Ali Baba, réussit à déjouer leur plan. Plein de gratitude, Ali Baba redonne sa liberté à Mordjane et l'épouse. Dans certaines variantes de ce conte, l'esclave épouse le fils d'Ali Baba.

Ce conte illustre deux thèmes courants : la récompense du bien ou de la générosité et le châtiment du mal ou de la cupidité.

SINDBAD le MARIN

Sindbad le Marin, autre héros fameux des Mille et Une Nuits. Le nom de Sindbad signifie «voyageur au Sind» (province du sud-est du Pakistan).

Selon la légende, un pauvre porteur, Hindbad, accablé de travail se reposait à l'ombre d'un grand palais à Bagdad et se demandait avec envie comment son propriétaire avait amassé une telle fortune.

Ce dernier, qui n'était autre que Sindbad le Marin, invita le porteur et lui fit le récit des sept longs et périlleux voyages qu'il avait accomplis. Marchand sous le règne de Haroun al-Rachid (786-809). Sindbad partit en voyage pour les besoins de son négoce, périple qui le conduisit en Inde, à Ceylan et dans d'autres contrées où il affronta mille péripéties.

Son récit prouva à son hôte que ses richesses étaient le fruit d'un dur labeur et de longues années d'épreuves. Le porteur reconnut les mérites de Sindbad qui, à son tour, partagea avec lui une partie de ses biens. Les deux hommes devinrent alors les meilleurs amis du monde.

Les aventures de Sindbad fascinèrent le public populaire en Europe, d'autant que le conte mettait en valeur la réussite fondée sur le travail en cette période de naissance du capitalisme.

Le conte est également une source inestimable de renseignements sur la vie des marins arabes et le commerce oriental aux VIIIe et IXe siècles.

ALADDIN et la lampe merveilleuse

Aladdin (de l'arabe Ala-ad-Din), jeune héros d'un royaume de Chine, plutôt négatif à ses débuts : Il est lefils paresseux d'un pauvre tailleur.

Il fait la rencontre d'un magicien qui parvient à le convaincre d'aller chercher pour lui une lampe merveilleuse cachée dans une sombre caverne. Mais la grotte s'écroule avant qu'Aladdin n'ait eu le temps de lui remettre la lampe.

De dépit, le magicien mure la caverne, vouant ainsi le jeune garçon à une mort certaine. Désespéré, Aladdin frotte incidemment la lampe entre ses mains… et fait apparaître un génie puissant capable de satisfaire tous ses désirs.

Sorti de sa prison, Aladdin devient immensément riche grâce au génie et épouse la fille du roi. Mais le magicien réapparaît, vole la lampe par traîtrise et fait disparaître le palais et la famille du héros.

À l'issue de multiples aventures, Aladdin retrouve les siens exilés en Égypte. Enfin libéré de ses ennemis, il succède au Sultan sur le trône.

Aladdin et la lampe merveilleuse reprend tous les archétypes du genre : aventures surnaturelles, créatures magiques, récit en épisodes caractéristique de la littérature orale, lutte du bien et du mal, etc.

Il ajoute également à ces motifs le personnage particulier d'Aladdin, toujours exotique (les Arabes en ont fait un Chinois et les Européens, un Arabe), fantasque et un peu inconscient, plongé par le destin dans une aventure généreuse de type initiatique : lutter contre le mal (en soi comme autour de soi) pour garder la lampe, finalement non pour soi mais pour le bonheur des autres.

Pour aller plus loin dans l'étude des Contes

Note : cette partie a été utilisée par l'auteur de ces lignes en classe de 5° pour étudier le schéma du conte. Elle peut aussi aider un lecteur curieux...

LA SITUATION INITIALE DANS 3 CONTES DES MILLE ET UNE NUITS :

ALI-BABA, SINDBAD LE MARIN et ALADDIN (traduction utilisée : celle d'Antoine Galland)

1. En quoi les premières phrases nous font-elles entrer dans l’univers du conte ?

ALI-BABA

SINDBAD

ALADDIN

Puissant sultan, dit-elle, dans une ville de Perse, il y avait deux frères…

Sire, sous le règne du Calife Haroun-al-Rachid, il y avait à Bagdad un pauvre porteur…

Sire, dans la capitale d’un royaume de Chine, il y avait un tailleur…

  • Ces 3 contes débutent par une invocation au sultan : « sire » (x2), «  puissant sultan ». Nous met dans le système de la double narration : Schéhérazade la conteuse fictive au sultan, Formules variées : ne pas lasser son auditeurs.

  • Procédé de la mise en abyme, qui consiste à intégrer un récit dans un autre récit. Celui de la Sultane, raconté par le narrateur Arabe, Persan, Indien… à ses auditeurs puis,par la suite, l’auteur au lecteur. Premier but : distraire le lecteur, le faire réfléchir ; but « interne » au conte : sauver la vie de Schéhérazade = plaisir + suspense : Y arrivera-t-elle ?

  • Formule qui nous fait entrer dans l’univers de la fiction : « il y avait », comme « il était une fois », formules consacrées qui nous montre que tout va devenir possible

2. Qu’apprenons-nous sur les personnages et le cadre spatio-temporel du récit ?
 

ALI-BABA

SINDBAD

ALADDIN

Lieux

Ville de Perse lointaine

Bagdad

Une capitale chinoise

Epoques

Passé indéterminé (imparfait)

Sous le règne du Calife Haroun-al-Rachid

Passé indéterminé (imparfait)

Personnages

2 frères :

Cassim, marié, riche, Ali Baba, pauvre vendeur de bois,

Sa femme et ses enfants

Hindbad, pauvre porteur

Sindbad le marin, riche voyageur

De superbes domestiques

Mustafa, très pauvre tailleur

Sa femme

Aladdin, leur fils polisson

Ressemblances entre les 3 contes :
  • La pauvreté d’au moins un des personnages et de sa famille : élément de stabilité récurrent dans le début des contes

  • L’imprécision relative du cadre : on nomme 2 fois des pays sans trop de précision, chaque fois l’époque est lointaine, assez floue pour ne pas pouvoir être vérifiée. Ce sont les des détails, quotidiens ou historiques, « sous le règne du Calife Haroun-al-Rachid », «  royaume de Chine », « ville de la Perse », « troupe à cheval »… qui nous renseignent sur le temps et les lieux.

  • La dimension exotique et mythique : Ces contes ont été mis par écrit entre le X° et le XIV° siècle. Le règne d’Haroun-al-Rachid (+/- 800) était déjà très lointain pour les auditeurs de l’époque, et permettait donc l’intrusion de l’exploit et du merveilleux.

Les différences :
  • Ali-Baba est pauvre mais travailleur : coupe du bois dans la forêt, le charge sur ses 3 ânes, revient le vendre en ville

  • Aladdin est un jeune gredin : il a fait mourir  son père de tristesse, sa mère devient encore plus pauvre et doit travailler. Il continue à jouer avec des vauriens

  • Hindbad est travailleur, mais envie le riche Sindbad, qui semble un marchand oisif

  • 2 contes ont comme 1° héros le nom-titre, le 3° présente d’abord un autre personnage (Hindbad). Son rôle : introduire Sindbad

3. L’élément perturbateur : par quel événement l’action est-elle enclenchée, quand se produit-elle ?

ALI-BABA

SINDBAD

ALADDIN

Un jour qu’il était dans la forêt… il aperçut une grosse poussière

Il était encore occupé de ces tristes pensées,… lorsqu’il vit sortir un valet

il était dans cette situation, lorsqu’un jour… un étranger s’arrêta

Les ressemblances :
  • Seconde étape introduite par un CCTemps, marque une rupture dans le déroulement de la narration : lorsque (x2), un jour que .

  • Temps nouveau : le passé simple : se produit à un moment précis, déterminé de l’histoire. cet événement est le point de départ de l’action

  • La rupture provoque la surprise : attente d’événements surprenants, d’épreuves, d’aventures et de péripéties diverses.

Les différences :
  • Ali-Baba voit des voleurs : introduit un problème qu’il devra résoudre

  • Hindbad se fait inviter à dîner, cela va permettre de  connaître Sindbad, le véritable héros, changement de sujet ?

  • Aladdin rencontre le magicien, encore neutre mais menteur : il se fait passer pour son oncle,  problème ?

Prolongements possibles :
  • Ali-Baba se bat contre les voleurs : sa vie est en jeu

  • Sindbad raconte ses aventures : sûrement périlleuses

  • Le magicien entraîne Aladdin dans des aventures magiques, peut-être dangereuses

Conclusions :

* Le conte raconte une histoire imaginaire qui se passe à une époque indéterminée, souvent lointaine, et dans un lieu imprécis. Il commence en général par « il y avait », ou « il était une fois »

* A côté de l’auteur qui invente l’histoire, il existe un auteur fictif, le narrateur, dont le rôle est de raconter les contes. Ici, sa vie dépend de leur intérêt, d’où un double suspens.

* Les personnages sont présentés de façon très simplifiée ( un porteur, un pauvre tailleur…). Les bons y sont souvent victimes des méchants.

* Les verbes sont conjugué à l’imparfait. Un élément modificateur vient perturber la situation initiale. Il est annoncé par des compléments de temps tels que « Un jour », « lorsque »… et des verbes au passé simple. Il provoque un effet de surprise et d’attente.

* Le héros du conte est celui qui doit accomplir une quête : il cherche un objet, une personne, la richesse, le bonheur, quelque chose qu’on lui a pris… toutes situations difficiles à affronter et qui montreront sa valeur ou son intelligence.

* On peut chercher toutes les similitudes entre les voyages d’Ulysse et de Sindbad (le cyclope, le pays des Lotophages…)

* Grâce à ce travail, on voit bien le rôle des royaumes arabes, qui vivaient en paix pendant les invasions, en Europe de l’ouest, par tous les barbares venus par la Germanie :

Ils ont été les dépositaires de la culture gréco-romaine, par leurs échanges avec le royaume chrétien d’Orient (Constantinople, la Syrie, etc.), et ont pu nous la retransmettre, lorsque la paix s’établit ensuite en Europe.

Un défi de lecture :

Saurez-vous répondre à ces questions (allez, rassurez-vous, je donne les réponses à la fin...)

LES AVENTURES DE SINDBAD LE MARIN

* Quel est le genre du livre ? est-ce une fiction ou une réalité ?

Qui est le narrateur ? A-t-il un rapport avec l'auteur ?

* La situation initiale : qui sont les personnages en présence, où et comment vivent-ils ?

* Par quel événement l'action est-elle déclenchée ? Qui est Sindbad, pourquoi va-t-il raconter ses voyages ? Peut-on dire en combien de temps se déroule le récit ? Quelles indications possédons-nous ?

* Résumez l’épisode de son voyage au pays du roi Mihrage (déroulement, résolution)

* Faites la liste des animaux dont il est question dans tout le 2° voyage. Lesquels jouent un rôle important ? Précisez ce rôle. Quel est l’objet qui permet, à 2 reprises, d’être sauvé ? Comment l’utilise-t-il ?

* Racontez l’épisode dupays du Cyclope : à quoi nous fait penser cette histoire ?

* Qu'y a-t-il de merveilleux dans les événements narrés dans ces récits ? Qu'est-ce qui vous a semblé le plus extraordinaire (dans les aventures, les personnages ou les lieux décrits) ?

* Qu’a retiré Sindbad de ces 3 premiers voyages ? Comment retrouve-t-il, chaque fois, ses richesses ? Pourquoi repart-il chaque fois ?

* Résumez les dangers que Sindbad rencontre avec : - les anthropophages. Quels personnages l’aident-ils à s’en sortir ?

- la dame veuve : que se passe-t-il ? Racontez les différentes aventures dans la grotte aux cadavres, et le dénouement.

* Dans le cinquième voyage : dites dans quel lieu se produit chacune des aventures citées : la cueillette des noix de coco, l’achat de poivre, d’aloès, de perles, l’attaque des rocs et le naufrage, l’œuf de roc brisé, l’esclavage du vieillard de la mer.

* Dans les voyages 6 et 7, indiquez dans quel ordre se sont passés ces épisodes : explorateur de rivière souterraine - naufragé au pied d’une falaise inaccessible - esclave vendu par des pirates - fossoyeur de ses compagnons morts - ambassadeur d’Haroun al-Rashid auprès du roi de Sérendib - constructeur de radeau - chasseur d’éléphants - marchand caravanier - marchand d’ivoire.

* Qu'y a-t-il de merveilleux dans les événements narrés dans ces récits ?

* Décrivez Sindbad : a-t-il évolué au cours du récit ? Qu’est-il devenu ?

* Racontez en détail la fin du conte, que deviennent les différents personnages ?

Quelques réponses aux questions :

* Les narrateurs sont doubles : Shéhérazade et Sindbad. Ils n’ont aucun rapport, ni avec l’auteur, anonyme, ni avec le traducteur, Antoine Galland. Ces récits sont de pure fiction, ce sont des contes.

* La situation initiale : personnages en présence, où et comment vivent-ils ? : A Bagdad, sous le règne du Calife Haroun-al-Rachid ; Hindbad, pauvre porteur, et Sindbad le marin, riche voyageurs..

* Par quel événement l'action est-elle déclenchée ? Qui est Sindbad, pourquoi va-t-il raconter ses voyages ? Par la colère d’Hindbad contre son infortune et la richesse de Sindbad qui semble le narguer

* Durée : de 20 à 30 ans. Il dit qu’un voyage dure qq années (parfois 5 à 6 ans, et il passe 2 à 3 ans entre 2 voyages. Il a donc entre 20 et 50 ans "barbe blanche")

* l’épisode de son voyage au pays du roi Mihrage (déroulement, résolution) : Rencontre les palefreniers du roi qui viennent marier ses cavales avec un cheval marin, puis retrouve ses richesses dans un bateau et refait du commerce

* liste des animaux dont il est question dans tout le 2° voyage. Lesquels jouent un rôle important ? Précisez ce rôle. Quel est l’objet qui permet, à 2 reprises, d’être sauvé ? Comment l’utilise-t-il ? : Oiseau roc, serpent, éléphant, aigles, aiglons, rhinocéros, buffle (7 sortes). Le roc et l’aigle transportent Sindbad hors d’un endroit d’où il n’aurait pas pu sortir seul. Il se sert 2 fois de son turban comme d’une corde

* l’épisode dupays du Cyclope : à quoi nous fait penser cette histoire ? : L’histoire reprend un épisode de l’Odyssée, Sindbad joue le rôle d’Ulysse.

* le merveilleux dans ces récits ? le plus extraordinaire (dans les aventures, les personnages ou les lieux décrits) ? :Le roc est un oiseau imaginaire, se faire emporter dans les airs est fantastique. Le cyclope est un être mythologique, les éléphants l’emmènent dans leur cimetière etc.

* Qu’a retiré Sindbad de ces 3 premiers voyages ? : Richesses diverses, bonheur et repos, dans un 1° temps.

* Pourquoi repart-il chaque fois ? :parce qu’il est entraîné par le démon de l’aventure, et qu’il finit par s’ennuyer à Bagdad

* dangers que Sindbad rencontre avec les anthropophages. Quels personnages l’aident-ils à s’en sortir ? : devenir fou avec les herbes, être engraissés et dévorés. Il est sauvé par les cueilleurs de poivre

* la dame veuve : que se passe-t-il ? : Il épouse une dame riche de la cour. Comme elle meurt, il doit être enterré vivant avec elle. Il tue tous les autres vivants enterrés et peut vivre de leurs provisions. A la fin il suit un animal par des tunnels et sort de sa grotte avec tous les bijoux des morts, et se fait prendre par un navire

* Dans le cinquième voyage : dites dans quel lieu se produit chacune des aventures citées : la cueillette des noix de coco :grande forêt près d’une ville riche ; l’achat de poivre, d’aloès, de perles : île de Comari (une des Comores actuelles ; l'attaque des rocs et le naufrage : au dessus du bateau, naufrage dans une île jardin ; l’œuf de roc brisé : une île déserte ; l’esclavage du vieillard de la mer : une île jardin ;

* Dans les voyages 6 et 7,ordre des épisodes : - 4 : explorateur de rivière souterraine,1 : naufragé au pied d’une falaise inaccessible,6 : esclave vendu par des pirates, 2 : fossoyeur de ses compagnons morts,5 : ambassadeur d’Haroun al-Rashid auprès du roi de Sérendib , 3 : constructeur de radeau , 7 : chasseur d’éléphants, 9 : marchand caravanier, 8 : marchand d’ivoire.

Un autre défi :

Essayez de trouver les épisodes principaux d'ALADDIN, donnés ici dans le désordre, en suivant l'ordre logique des événements. Quelle en est la durée ?
Comment a évolué le héros ? :

  A- Dans une capitale chinoise, dans un passé indéterminé, Aladdin est un jeune gredin : il a fait mourir son père de tristesse, (Mustafa, très pauvre tailleur) sa mère devient encore plus pauvre et doit travailler. Il continue à jouer avec des vauriens.

B- Il aperçoit la princesse Badroullboudour (la princesse : belle, brune, des yeux à fleur de tête, vifs et brillants, regard doux et modeste, nez juste et sans défauts, bouche petite et lèvres vermeilles) qui se rend aux bains, en tombe amoureux et envoie sa mère demander sa main. Mais le sultan a offert sa fille au fils du grand vizir.

C- Aladdin rencontre le magicien, encore neutre mais menteur : il se fait passer pour son oncle : c’est l’élément déclencheur des problèmes. C’est crédible pour la famille, car il s’est renseigné sur elle, et lui offre de l’argent, mais pas pour le lecteur car il vient d’Afrique et c’est très invraisemblable. De plus on l’a vu se renseigner, donc il était étranger. Le magicien entraîne Aladdin dans des aventures magiques, dangereuses.

D- Al. risque de mourir de faim dans la caverne. Au bout de 3 jours il frotte l’anneau sans y penser et fait apparaître un génie qui le sort de là. Ensuite, grâce au génie de la lampe qu’il a frottée pour la nettoyer, il vit bien, longtemps, avec sa mère.

E- Le magicien revient, furieux, quand il entend parler des richesses d’Al. Il vole la lampe, transporte le palais en Afrique et fait condamner Al. à mort. (Le père de la princesse veut le bien de sa fille : il la donne à Al. quand il le voit si riche et veut le tuer quand elle disparaît)

F- Le frère cadet du magicien veut le venger, se cache sous les habits de Fatime, une sainte ermite qu’il tue. A. le démasque grâce au génie de la lampe, le tue. A la mort du sultan, il devient sultan à son tour.

G- Al. retrouve la palais grâce au génie de l’anneau, la princesse endort le magicien, le palais revient en Chine.

H- Le magicien entraîne Aladdin loin dans les montagnes, ouvre le sol par des paroles magiques, y fait pénétrer A. qui doit trouver la lampe, au travers de jardins extraordinaires, et grâce à un anneau magique. Devant le refus d’Al. de lui donner la lampe, il l’enferme sous terre et repart en Afrique.

I-.Grâce au génie de la lampe, Al. réussit à défaire le mariage de la princesse avec le fils du grand vizir et à épouser la princesse, grâce aux richesses de la caverne. Ce mariage dure, heureux, plusieurs années. [note : les génies sont successivement le génie de l’anneau qui sauve Al. de la caverne et le transporte en Afrique et le génie de la lampe, qui obéit à celui qui la frotte]

Eléments de réponse :

Ordre du récit : A-C-H-D-B-I-E-G-F

Aladdin, (qui est déja beau, vif,intelligent, courageux, astucieux, agréable à regarder, adoré du peuple) est devenu riche, sage et heureux. Il a appris la ruse et la réflexion avec le bonheur.

Durée du conte : la mère met quelques mois à épuiser les plats d’or ; 1 an à parler au sultan ; 3 mois de probation avant le mariage ; quelques années avant le retour da magicien, quelques années avant de devenir sultan. = +/- 10 ans en tout.

Conclusion générale des contes :

Une leçon est donnée à la fin par Schéhérazade elle-même :

Il faut se servir de ses richesses pour le bien. Un monarque doit rester équitable, bon et honnête, et chacun doit obéir aux règles de la religion.

Avez-vous lu ces contes ? Qu'en avez-vous pensé ?