Préparation aux concours paramédicaux

Note: Ce manuel a été rédigé en 1999. Cela peut sembler ancien, mais le Français reste le Français, et, en général, les épreuves restent les mêmes sur de nombreuses années. Seuls, les exemples peuvent varier suivant le cours de l'actualité. Il faut impérativement se tenir au courant de ce qui se passe dans notre pays et dans le monde !

L'épreuve de Français

epreuveLe résumé de Textes - l'épreuve du JVA : un extrait du manuel

Un extrait du manuel :« L’épreuve de Français » résumé de texte – JVA.

Editeur Flammarion Médecine – Sciences . Juillet 1999.

ISBN 2-257-10961-9

LA CONCISION DES PHRASES, Extrait

La reformulation des phrases, page 55n

Avant d’aborder le résumé d’un texte complet, nous allons nous en approcher en tentant de reformuler de façon plus brève, des phrases complexes :

Elles comportent des exemples illustratifs qui ne sont pas essentiels, des citations, ou des répétitions lexicales ou syntaxiques

Leur sens est ambigu, soit à cause du choix des mots, soit par leur système d’énonciation, par exemple des doubles négations ou des emplois d’antonymes à la place de synonymes négatifs.

L’exercice est délicat. En effet, une formulation brève ne doit être ni générale ni vague. Elle offre trois difficultés :

- Le contresens total,

- L’ajout ou l’omission d’une partie importante, ce qui fausse le sens,

- L’altération du sens.

Exemple n° 1 : M. Le Lannou (Déménagement du territoire)

« Il apparaîtra vite à mes lecteurs que je ne me laisse pas traîner sans amertume dans le grand vertige du progrès. Ils sauront que je n’aime ni l’autoroute, ni la télévision et que je n’attends rien de bon des loisirs »

Beaucoup d’exemples, d’ailleurs repris par un terme générique (loisirs). Seul, celui-ci est à conserver. L’adresse aux lecteurs peut être remplacée par l’apostrophe résumante : vous. On peut aussi remplacer la forme négative : je n’aime ni…ni par l’antonyme : je déteste

Reformulation possible :

Vous verrez rapidement (synonyme de vite) que je déteste (synonyme de n’aime) le progrès ou les loisirs (mots-clés à garder). 1° phrase = 43 mots, 2° phrase = 11 mots.

Exemple n° 2 : Molière ( Le Misanthrope, III, 1)

« Parbleu ! Je ne vois pas, lorsque je m’examine

Où prendre aucun sujet d’avoir l’âme chagrine »

A première vue, le personnage fait son portrait (je m’examine). Double négation qui s'annule (je ne vois pas + aucun sujet). Alceste, donc, est satisfait de lui.

A supprimer : l’effet de style : Parbleu ! et toutes les négations. 1° phrase = 18 mots

Reformulations possibles :

- Je vais faire de moi un portrait flatteur 2° phrase = 8 mots.

- A la réflexion, je suis fier de moi 2° phrase = 8 mots.

Intérêt de cet exercice:

Lever des ambiguïtés de sens, condenser une formulation trop longue sans altérer le sens du texte de départ